La Ville de Saint-Eustache acquiert l’autodrome pour en faire un parc d’affaires
9 avril 2018

La Ville de Saint-Eustache acquiert l’autodrome pour en faire un parc d’affaires

(Saint-Eustache, le 9 avril 2018) - C’est en présence de M. Alan Labrosse, copropriétaire de l’Autodrome Saint-Eustache, et de M. Richard Maheu, président de l’UPA Outaouais-Laurentides, que le maire de Saint-Eustache, M. Pierre Charron, ainsi que le président de la Commission du développement économique, M. Patrice Paquette et la conseillère municipale Mme Janique-A. Danis, ont annoncé la conclusion d’une entente entre la Ville de Saint-Eustache et l’Autodrome en vue de l’acquisition des terrains de l’entreprise.  

En vertu de cet accord, la Ville acquerra près de 2,2 millions de pieds carrés de l’Autodrome Saint-Eustache, au coût de 5,3 M$, à la fin de l’été 2019. Ce faisant, la municipalité accroîtra de façon importante son potentiel de développement économique. En effet, ces terrains, qui ne peuvent être rendus à des usages agricoles, seront destinés à des usages industriels légers, pour répondre à une forte demande, notamment en matière d’entreposage, qui ne peut être comblée par l’Innoparc Albatros.

Cette entente a été rendue possible, entre autres, grâce au projet de ligne électrique qu’Hydro-Québec veut déployer pour alimenter le futur poste des Patriotes. En effet, après avoir proposé trois tracés pour l’implantation de la ligne électrique du poste des Patriotes, dont aucun n’avait obtenu l’aval de la Ville, de la population de Saint-Eustache, ni de l’Union des producteurs agricoles, et au terme de plusieurs discussions avec la Ville et les propriétaires de l’Autodrome Saint-Eustache, Hydro-Québec a consenti à un quatrième tracé. Ce dernier prévoit que la ligne électrique passera sur le site de l’Autodrome plutôt que sur les terres agricoles voisines.  

L’acquisition de l’Autodrome présente de multiples avantages, tant pour la Ville qui enrichit son potentiel de développement économique, que pour les producteurs agricoles et les citoyens qui, grâce au tracé retenu et à l’entente intervenue avec les propriétaires de l’Autodrome, verront leurs propriétés – dont deux érablières – ainsi que les paysages bucoliques du secteur rural, être préservés. Par ailleurs, les montants versés par Hydro-Québec pour l’acquisition des servitudes permettront de rendre le projet financièrement intéressant pour toutes les parties. 

« Nous avons tiré le meilleur parti possible du passage de la ligne électrique, dans le but de protéger les intérêts et les propriétés des citoyens, et de faire en sorte de minimiser autant que faire se peut l’impact de ce passage sur les activités agricoles et sur l’environnement. Jusqu’au bout, nous avons défendu notre point, pour finalement obtenir gain de cause auprès de la société d’État », de dire le maire de Saint-Eustache, M. Pierre Charron.

Le maire a expliqué que cette acquisition devrait non seulement être rapidement amortie par la revente des terrains, mais qu’elle générera à terme un profit substantiel, en plus de rapporter des revenus de taxes supérieurs à ceux actuellement perçus. Il a également précisé que l’entente est conditionnelle à l’acceptation d’une modification au schéma d’aménagement de la MRC Deux-Montagnes ainsi qu’à l’accord de la Commission de protection du territoire agricole du Québec (CPTAQ). En vertu de l’accord, l’Autodrome continuerait ses activités jusqu’à la fin de l’été 2019.

« Nous n’entrevoyons pas d’obstacles du côté de la CPTAQ, vu que ces terrains ne peuvent être rendus à l’agriculture, et que le parc d’affaires sera occupé par des entreprises dont les activités sont à faible empreinte écologique. Il est certain que ces terrains trouveront rapidement preneurs, tant la demande en matière d’entreposage industriel est forte, et à laquelle nous n’étions pas en mesure de répondre jusqu’ici. Avec l’Innoparc et ce parc d’affaires léger, nous disposerons d’un atout fortement concurrentiel pour attirer les entreprises à Saint-Eustache. Cette entente aura des retombées extrêmement profitables pour la collectivité », de conclure M Paquette et Mme Danis.

Retour aux actualités