Résultats du sondage sur le cannabis: les Eustachois se prononcent contre la consommation dans des lieux publics
10 août 2018

Résultats du sondage sur le cannabis: les Eustachois se prononcent contre la consommation dans des lieux publics

(Saint-Eustache, le 9 août 2018) – Les Eustachois ont répondu en grand nombre au questionnaire mis en ligne cet été afin de sonder leur opinion sur la légalisation du cannabis. Les données de ce sondage ont permis d’orienter la réflexion de la Ville concernant la nouvelle réglementation qui sera adoptée à la séance du conseil municipal du 13 août 2018*.

« Plus de 500 personnes ont pris la peine de répondre à notre questionnaire en ligne, en pleine période estivale. Cela démontre combien ce sujet interpelle nos citoyens. Je les remercie d’avoir fait ce geste important pour l’administration municipale, car il nous aide à aller dans le sens de ce que la majorité souhaite vraiment », a fait remarquer le maire de Saint-Eustache, M. Pierre Charron.

Faits saillants du sondage

Plus de la moitié des répondants (59,5 %) sont contre légalisation du cannabis au Canada. Ainsi, en très forte majorité, les répondants souhaitent que la Ville interdise la consommation de cannabis dans différents lieux publics comme les parcs et espaces verts (81,3 %), les pistes cyclables (79,7 %) et les berges publiques (74 %). Plus des deux tiers des répondants souhaitent, par ailleurs, une interdiction de consommer dans la rue et sur les trottoirs de la ville (69,5 %).

En ce qui a trait à la réglementation sur les points de vente du cannabis, notons que plus de la moitié des répondants (56,1 %) ne désirent pas la venue d’une succursale de la Société québécoise du cannabis sur le territoire de Saint-Eustache. À cet égard, soulignons que 80 % des personnes ayant répondu au sondage souhaitent que la Ville se dote d’une réglementation sur les zones d’implantation de succursales et plus de 93 % trouvent important que la Ville instaure des « zones blanches » autour des écoles, centres jeunesse et garderies. « Nous constatons, comme c’est le cas dans beaucoup de villes du Québec, que les citoyens veulent que la consommation de cannabis se limite à l’intérieur des propriétés privées », a ajouté le maire. « Il y a beaucoup d’inquiétudes légitimes sur les effets possibles de cette loi, notamment sur les risques que cela pose aux adolescents ».

À ce sujet, notons que les craintes exprimées comme étant les plus importantes par rapport à la légalisation du cannabis sont, dans l’ordre : les risques de banalisation des effets du cannabis auprès des jeunes, les enjeux de sécurité routière et l’apparition de problèmes de santé publique. Seuls 7,9 % des répondants ont indiqué n’avoir aucune crainte. Enfin, deux personnes sur trois (66,3 %) désirent que la réglementation soit plus sévère pour le cannabis que pour le tabac.

« Ces données ont été prises en compte dans la formulation de notre nouvelle réglementation qui, j’en suis certain, reflétera très adéquatement la volonté de la population », a conclu le premier magistrat de Saint-Eustache.

Rappelons que dans la foulée du projet de loi fédéral C-45 sur la légalisation du cannabis, les municipalités ont de nombreuses responsabilités, dont celle d’établir un zonage pour la culture et la vente de cannabis. Elles sont aussi chargées de mettre en application divers règlements liés à la consommation du cannabis en public et à la conduite avec les facultés affaiblies, notamment.

* Les nouvelles dispositions touchant l’usage du cannabis seront apportées via le règlement 1776 concernant la paix publique, le bon ordre et certaines nuisances.

Retour aux actualités